Twitter

Twitter est un service de microbloggage

On peut tout simplement bloguer à l’aide de petits messages. Ce sont les fameux « tweets », un terme connu du simple particulier au professionnel.

De ce fait, twitter est principalement une plate forme de réseau social. Son interface diffère de ces concurrents comme Facebook, instagram…

Cette société a beaucoup évolué depuis sa création à San Francisco au sein d’une start-up. Rappelons que le premier tweet date du 21 mars 2006 par un certain M. Dorsey, ingénieur spécialiste du dispatching, un des hommes chargés de développer ce nouveau concept.

Twitter dispose de différents moyens pour se différencier de la concurrence. La société au logo unique dispose d’une interface programmable (API) très complète. Il est possible de fabriquer des applications, des services prenant appui sur la plate forme.

En effet, une fonction fait la part belle de la société. Il s’agit d’un simple bouton. Il permet tout simplement à un internaute de tweeter sur un billet qu’il aime et de créer ainsi un lien vers celui-ci.

Twitter a trouvé là, une méthode de réutilisation quasi imparable à bloquer

Cette API est un véritable joker pour l’entreprise.

Son système de communication est unique en son genre, il limite les tweets, ces fameux messages à 140 caractères.

En effet, là ou un blog permet de poster un article et invite aux commentaires, la plate forme sociale adopte une autre stratégie basée sur une question « que faites vous ? ». A ceci, l’internaute répond par un tweet, un message personnalisé.

On dit de ce réseau social que sa vitesse d’information atteint une vitesse fulgurante. Ses mises à jour sont extrêmement rapides. C’est un point très positif pour le monde de l’information.

Les listes de Twitter sont un vecteur non négligeable de visibilité sur le réseau. Elles se comportent comme un hyper compte diffusant tous les messages des comptes qui le structure.

Ainsi se  développe potentiellement votre auditoire

Le rôle des retweets saute aux yeux. On remarque les « retweets direct » et les « retweets indirect ». En effet, le direct apporte un faible plus à celui qui retweete, c’est alors l’auteur qui en retire les bénéfices.

Or, c’est l’inverse qui se produit dans le cas de réeditorialisation qui accorde de dire son propre avis. Le message est alors approprié par le retweeteur.

Twitter est aujourd’hui un réseau d’information. La société s’est renforcée dans les nombreux services du web 2.0. Un atout complémentaire pour le référencement.

Différents usages professionnels sont possibles avec la plate forme de réseau social. On peut se créer un réseau « followers » et propager de l’information. Travailler son image de marque « branding » et sa e-réputation, de faire estimer la satisfaction client. Il faut aussi favoriser son référencement et optimiser de nouvelles sources de trafic.

La réalité  de twitter face au référencement naturel

On assiste depuis plusieurs années à une véritable prise de pouvoir des réseaux sociaux dans les résultats de pages. Une prise de conscience par les moteurs de recherche qui accordent de l’intérêt aux informations issues des réseaux sociaux.

Plus on tweet et plus notre positionnement s’améliore dans la SERP. En effet, lorsque l’on intègre notre URL à un tweet, le pagerank grimpe mais juste dans les 50 premiers tweets.

Par la suite, l’effet diminue dans un créneau de 100 à 500 partages.. Par contre, lorsque l’on dépasse cette barre symbolique, c’est un point positif pour le SEO. Nous sommes dans un mécanisme exponentiel, et il s’avère qu’au-delà d’un partage de votre URL dépassant les 7500 tweets, c’est la consécration !

Vous avez de très fortes chances d’être sur la première page de Google, la plus convoitée ! L’effet de levier est des plus remarquables.